Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VOYAGES - Citoyenne du monde - Page 3

  • La maison ou appartement de vacances idéal

    Imprimer

    L'été est encore loin, mais vous êtes déjà nombreux à réserver la maison de vos vacances d'été sur internet ! Dans ce contexte de crise, à quoi ressemble-t-elle, et avez-vous changé vos habitudes pour l'été 2009 ? Enquête.

    Mas, villa ou pavillon : que préférez-vous ?

    L'appartement ! Pour 54,5% des vacanciers, proche de la mer. Le budget moyen pour une famille oscille entre 440 et 750 €. Et il est avantageux aussi de trouver un appartement  à vendre perpignan ou sur le pourtour de la méditerranée.
    Dans l’ensemble, vous recherchez des espaces qui favorisent le dedans-dehors comme les piscines, les patios, les loggias et les terrasses. Vous préférez prendre une maison plus petite mais qui offre ce type de commodités. L’important est d’utiliser la maison de plusieurs manières et  de passer des moments agréables autrement qu’en se déplaçant.
    Vous recherchez s’il existe des moyens de se connecter à Internet facilement autour de la location et s’il y a moyen de regarder la télévision.

    amanagement exterieur pisicne maison.JPG

    Les photos : un critère déterminant

    Les internautes se laissent beaucoup plus aller à rêver qu’auparavant sur les photos et les destinations, mais ils sont également plus exigeants dans leur manière d’évaluer les maisons. Ainsi, ils continuent à partir malgré la crise, étant plus patients  et aguerris dans la recherche de la maison qui convient à leurs priorités du moment. La consultation des annonces de location se porte plus sur des produits de compromis, moins proches de la destination idéale mais également moins chers.

    Des internautes plus vigilants

    Plus habitués à utiliser internet, les internautes jugent très rapidement les offres et les sites. Exemple : les prix de maison à vendre en Ariège ou  si un site paraît trop rutilant, technologique ou commercial, ils imaginent des propositions de maisons trop standard et de fausses bonnes affaires. Ils intègrent de plus en plus les reportages vus à la TV, articles de journaux et émissions de radio dans leur réflexion.

    Crise oblige : le retour au système D

    Si la location saisonnière permet en temps normal aux petits propriétaires de compléter leur salaire ou leur retraite, de rembourser un crédit ou de payer les charges ou des travaux de leurs biens, en temps de crise, le recours à la location devient une nouvelle source de revenus immédiats. La chambre de bonne inoccupée, le studio resté vacant, la maison de famille vide et même la résidence principale pour les propriétaires en attente de trouver des acheteurs, tous les biens sont concernés.

  • A la découverte du mystérieux Pic de Bugarach

    Imprimer

    Il n’en fallait pas plus pour que le Pic de Bugarach soit désigné comme l’un des lieux où il conviendrait de se mettre à l’abri le 21 décembre 2012, date fatidique du calendrier maya où l’Apocalypse ou, du moins, de grands bouleversements seraient prévus. Depuis le début des années 2000, le village voit débarquer de plus en plus de ces touristes mystiques en mode repérage, provenant en partie de la vallée de l'agly toute proche, dans les Pyrénées orientales, et abritant un autre sanctuaire de l'histoire mystérieuse des hommes : Tautavel. Un véritable chantier de rénovation s'y élève (voir : https://www.tous-travaux-renovation.fr/renovation-rivesaltes-saint-esteve-baixas-estagel-latour-de-france-fenouilledes.html) , depuis 1971 et la découverte de la grotte de "l'homme de Tautavel"...

    Le maire s’inquiète de devoir faire appel à l’armée pour gérer les milliers de personnes qui pourraient venir sur ses terres à la fin de l’année. D’autant plus que d’étranges événements ne cessent d’arriver et d’alimenter le mystère comme la découverte macabre faite par un agriculteur du coin en mars 2012 : des ossements et un butin de 17 000 euros en liquide…

    Pour venir enquêter, sachez que plusieurs chemins de randonnée permettent de monter au sommet du Pic. Qu’on emprunte la voie de la fenêtre  depuis la D45 menant vers Saint-Louis-et-Parahou en partant de la vallée de l'agly dans le 66 (estagel, latour-de-france, Maury, St Paul des fenouilledes), le GR 36  au départ du village de Bugarach ou le sentier Cathare (http://www.lesentiercathare.com/fr/itineraire/a-pied.php), l’ascension reste aisée et fait découvrir les beautés naturelles de la région.

     

    Conseils pratiques

    Orientation

    À 22 km au sud de Limoux. Différentes possibilités de rando ci-dessus.

    Equipement

    D’autres belles choses sont à voir dans le coin : les cascades de Mathieux à 3 km du village, et le pont romain à 2 km

    Autres

    Bon plan : s’il fait beau, c’est le spot idéal pour voir les feux d’artifices des alentours pendant les nuits des 13 et 14 juillet.

     

     

     

  • Découverte du mystérieux Pic de Bugarach

    Imprimer

    Si vous êtes de passage dans les Corbières et que vous désirez en un regard embrasser toute la région et jouir d’un panorama unique, rendez vous au sommet du Pic de Bugarach, gros éperon rocheux isolé culminant à 1 230 mètres d’altitude.

    C’est sa situation à l’écart du reste du massif qui permet d’offrir aux randonneurs un tel point de vue. Des Pyrénées à la Montagne Noire et de la Méditerranée à la haute vallée de l'Aude, difficile de ne pas être subjugué par la beauté et l’immensité du paysage qui s’étale au pied du pic.

    Dans cette région cathare où souvent les châteaux ornent les montagnes, le pic de Bugarach semble être lui aussi une citadelle calcaire hérissée de petites pointes rocheuses, d'arêtes acérées et de brèches taillées dans la muraille. Les fans de géologie seront contents d’apprendre qu’il s’agit d’une véritable curiosité car ici la tectonique a été perturbée, un glissement couché a inversé les couches et ce sont les plus anciennes qui se retrouvent au dessus.

    Mais que les mordus d’Histoire se rassurent, le pic est également lié à de nombreuses légendes qui font aujourd’hui sa réputation. Si la présence romaine est attestée comme en témoigne le joli pont romain enjambant le canyon de la Blanque, la présence cathare l’est encore plus si on en croit les livres d'histoire des Cathares. La rumeur veut pourtant que les ruines voisines près de Bugarach sur les hauteurs du village Le Bézu soient celles d'une commanderie templière. Comme à Rennes le château, nombreux sont ceux qui partent à l’assaut du Pic de Bugarach dans l’espoir d'y découvrir un trésor, l’arche d’alliance par exemple (!) que les chevaliers auraient ramenée de leur croisade et planquée dans le coin.

    Comme souvent, à partir du moment où les mots « arche d’alliance » sont prononcés, la porte s’ouvre sur des hypothèses plus folles les unes que les autres. Il parait que parfois, à la nuit tombée, on peut apercevoir des ovnis faire un petit tour au dessus du Pic de Bugarach. En vous baladant, tendez l’oreille, à certains endroits s’entend, dit-on, comme un roulement mécanique venant des profondeurs de la terre, profondeurs qui cacheraient d’étranges cavités ainsi qu’un dôme géant… L’Atlantide ?

  • Réflexions sur le Tourisme Responsable

    Imprimer

    Pour choisir son séjour et ses activités, comme on peut s’en douter, c’est le facteur prix qui pèse lourdement dans la décision des touristes français. Aux prestations « sur-mesure » et de qualité, tarifs plus élevés. Le tourisme durable ne déroge pas à la règle. En moyenne, un voyage responsable coûte plus cher qu’un produit de masse « tout compris » même si aucune donnée fiable n’existe sur le sujet. D’ailleurs, les français ne s’y trompent pas, 71% d’entre eux jugent l’offre responsable trop chère, d’autant plus en cette période délicate pour les portefeuilles.

    La réservation d'activités  vise à proposer des offres de tourisme plus incitatif. Les voyageurs offrent leurs disponibilités et leurs compétences pour aider à développer l’association et/ou pour participer à des camps chantier (rénovation, construction). En échange, ils ont la possibilité de visiter le pays de « l’intérieur » en séjournant chez des locaux pour un prix modique et des rencontres authentiques

    De plus, l’offre alternative, bien intentionnée sur le papier, est la cible de critiques quant à son efficacité à insuffler le développement dans les régions d’accueil

    Le premier reproche qui est fait au tourisme responsable est inhérent à sa volonté de réduire l’impact du tourisme sur les régions visitées, comme l'atteste la plate-forme de réservations d'activités des pyrénées orientales : www.sauvonslepalaisdeladecouverte.fr/reservation-activites-pyrenees-orientales-66/ . Si le faible volume de voyageurs minimise les conséquences sur l’environnement naturel et culturel du 66, il ne génère toutefois pas suffisamment d’activité pour avoir un impact économique positif à Perpignan et alentours. Comme le souligne le  PDG d’un grand nom du voyage, « la véritable aide au développement c’est l’économie ».

    Le tourisme responsable a le vent en poupe et son potentiel d’expansion est suffisamment considérable pour capter l’attention des gros acteurs du secteur qui font montre d’une inégale adhésion à la logique du projet. Ceux-ci, parfois peu scrupuleux, maquillent des offres traditionnelles et les vendent sous une appellation « responsable ». Un des procédés en vogue est de s’engager auprès des voyageurs à reverser une partie du bénéfice à une ONG ou à un microprojet local. Au delà des interrogations sur la pertinence de ce système, c’est surtout son opacité sur les sommes versées qui est montrée du doigt.

    En jouant sur le sentiment de culpabilité des touristes du Nord qui visitent les pays du Sud, certains tours opérateurs augmentent leurs prix avec la promesse de financer des pseudos projets de développement local. L’astuce est bien pensée : le voyagiste redore son blason après les dérives du tourisme de masse, de plus en plus médiatisées, sans pour autant que cela lui coûte un centime. Il attire aussi une nouvelle clientèle, plus sensibilisée, en jouant sur sa naïveté et sur le manque de structures du secteur.



  • Chroniques d'afrique du sud

    Imprimer

    1ere partie, départ de Kirstenboch et ascension par Skeleton Gorge.

    C’est la journée parfaite pour partir à la conquête du sommet le plus haut du parc national de la Table Mountain : le Mclear’s Beacon qui culmine à 1087 mètres.

    La journée parfaite parce que le temps est très beau, un ciel bleu d’une limpidité extraordinaire, pas de vent et un soleil généreux. Et c’est de ce dernier dont il faudra se méfier car des 7h00 il fait déjà chaud.

    Le départ de la randonnée se fait au jardin botanique de Kirstenbosch qui fête son centième anniversaire cette année (on en reparlera).

    Cependant, je suis en avance. J’arrive vers 7h15 décidé à partir tôt pour éviter le gros de la chaleur. Hélas, le jardin ouvre ses portes uniquement à 8h00. Je patiente en profitant de la quiétude des lieux à cette heure matinale et en admirant la montagne baignée d’une lumière doucement radieuse.

    Pour entrer dans le jardin, il faut vous acquitter un droit d’entrée de 42 Rands. L’avantage, au retour de votre marche, vous pouvez  vous promener dans les allées de ce parc de toute beauté avec ses arbres, plantes et fleurs magnifiques. Vous pouvez même vous étendre sur la pelouse.

    Pour atteindre Mclear’s Beacon, je m’engage par Skeleton Gorge. L’ascension se fait en pleine foret donc nous sommes bien protégés d’un soleil déjà bien rageur. L’ascension se montre régulière et sans trop de difficulté. Mis à part un passage plutôt raide avec chaos de pierres et ensuite grimpe à l’aide d’échelle mais rien de méchant. Surtout si vous êtes aguerris.  D’autant que ce passage est très court.

    A la sortie de la foret, vous n’êtes plus bien loin de votre première étape. Arrivée au sommet ou vous pouvez ensuite rejoindre les barrages et continuer votre marche sur un vaste plateau qui relie les deux cotés de la montagne.

    Surtout, votre attention sera retenue par les vues panoramiques à couper le souffle qui s’offrent à vous. Ainsi, votre regard embrasse l’immense plage de Muizenberg et False Bay, les vignes de Constantia et les banlieues sud de la ville de Cape Town.

    Il m’a fallu une heure à peu près pour parvenir à cette première étape.