Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De l'écologie dans le monde

  • Des idées de balades à Madère

    Imprimer

    Pour un voyage à Madère placé sous le signe de la nature, il existe plusieurs moyens d’explorer l’île. La manière la plus originale de découvrir Madère est de longer les levadas. Un levada est un canal conçu pour transporter l’eau des cours d’eau et des sources à destination des villages reculés dans les vallées. Des sentiers longent ces levadas, mais il est primordial d’assurer chaque pas pour éviter toute glissade, l’humidité des pistes n’étant pas rare.

    En dehors des levadas, il existe par ailleurs de nombreux sentiers pédestres qui rallient les montagnes aux régions côtières. Parmi les plus beaux sites de Madère figure le village de Ribeira de Janela. Pico de Arieiro est également à découvrir. On y apprécie notamment le panorama exceptionnel. L’origine volcanique de l’île y est par ailleurs appréciable avec son décor formé de lave solidifiée.

  • Partir en randonnée à Madère

    Imprimer

    madere.JPGAvec un nombre restreint de plages, l’île de Madère n’est pas spécialement une destination farniente, mais son patrimoine naturel exceptionnel en fait un paradis pour les amateurs de randonnée. A travers cet article, vous trouverez des conseils et des idées randonnée pour un séjour à Madère en harmonie avec la nature.

    Madère, un paradis pour les amoureux de la nature avec laurisilva

    Avec son relief montagneux et un climat printanier qui règne tout au long de l’année, Madère, cette île portugaise perdue au cœur de l’Atlantique, offre une grande diversité de paysages ; à chaque palier correspondant en effet un écosystème différent. Parmi les trésors naturels les plus admirables de l’île figure la forêt de lauriers, également appelée laurisilva. Comptant parmi les dernières de la planète, cette étendue verte est aujourd’hui classée Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO. En vous baladant dans cette forêt, vous serez au cœur d’un vestige vivant des temps préhistoriques.

    Le climat est agréable toute l’année, avec une température moyenne oscillant entre 17°C et 25°C. La précipitation est par ailleurs répartie tout au long de l’année. Pour des randonnées réussies, pensez à emporter de bonnes chaussures de marche, des vêtements légers ainsi qu’un survêtement imperméable pour faire face aux éventuels épisodes de pluie. Si vous apportez votre appareil photo, il est important de vous munir d’une housse étanche. Et pour débuter votre séjour en toute tranquillité, visitez le Jardin botanique de Funchal. Vous y bénéficierez d’une vue panoramique sur la capitale de l’île.

  • Gorges du Dadès au Maroc : une idée d’itinéraire

    Imprimer

    gorges-dades.JPGIl existe plusieurs façons d’explorer les gorges du Dadès. Certains itinéraires regroupent toutefois les meilleurs de la vallée. Cet itinéraire passe par les Doigts de Singe. Ce site situé dans le Haut-Atlas tient son nom de la forme de roches qui rappellent effectivement ces formes. Avec la végétation environnante, le côté austère des roches contraste agréablement avec la fraîcheur de la végétation. Il est également possible de descendre jusqu’au fond de la gorge pour s’offrir une ballade dans un couloir relativement étroit le long de la rivière.

    A part les gorges à proprement parler et les nombreuses formations géologiques qui signent le paysage de la vallée de Dadès, on trouvera également dans ce site des kasbahs, comme celui dominé justement par les Doigts de Singe. Une randonnée pédestre dans les hautes montagnes peut par ailleurs être ponctuée de sympathiques rencontres avec les nomades. Des tribus qui se sont sédentarisées dans la région accueillent parfois les touristes qui découvriront un mode de vie authentique dans un cadre pittoresque et un environnement préservé.

     

  • Voyage au Maroc : découvrir les gorges du Dadès

    Imprimer

    Sur la carte du Maroc, les gorges de Dadès se situent dans la partie nord ouest du pays et au sud-est de Marrakech. Véritable curiosité naturelle, on y découvre des séries de profondes gorges, de magnifiques paysages et une image du Maroc authentique à travers les constructions traditionnelles qui se fondent dans le décor.

    dades.jpg

    Les gorges du Dadès : la nature marocaine dans toute sa splendeur

    On connait le Maroc pour ses villes impériales, sa richesse architecturale, ses sports nautiques ou encore sa diversité culturelle et pourtant, le pays réserve encore d’autres surprises à ses visiteurs. Le pays de l’extrême couchant dévoile également toute sa splendeur à travers ses paysages naturels d’une grande beauté, comme ceux des gorges du Dadès, à explorer lors d’une randonnée pédestre, en VTT ou en 4×4 pour les moins sportifs. Durant cette aventure, on découvre de magnifiques formations rocheuses incluant des falaises de grande profondeur pouvant atteindre 300 mètres.

    Les gorges du Dadès se trouvent dans la vallée du même nom qui s’étalent sur 25 kilomètres. Il est tout a fait possible d’explorer l’ensemble du site au cours d’une expédition de quelques jours dans la vallée mais si le temps vient à manquer, on peut faire le tours des meilleurs parties de la vallée le temps d’une excursion. Dans l’un ou l’autre cas, on prendra le temps d’apprécier les paysages sous les lueurs orangées du crépuscule durant le coucher du soleil.

     

  • Randonnée sur les eaux rouges du lac Retba

    Imprimer

    Point de mire de la presqu’île du Cap-Vert, le lac Retba doit sa renommée, et son surnom de lac Rose, à ses eaux à la teinte changeante et rouge.

    barque.JPG
    Peu profond, le lac Retba s’étend sur 3 km², au cœur d’un paysage de dunes. Son extraordinaire couleur est due à des cyanobactéries fabriquant un pigment rouge (par vent sec), afin de résister à l’extrême concentration de sel (380 grammes de sel par litre).


    Depuis 1970, le sel est exploité et le spectacle de son extraction est fascinant : les hommes s’enduisent de beurre de karité afin de résister aux agressions du sel, entrent dans l’eau jusqu’à mi-cuisse et cassent le sel déposé au fond de l’eau grâce à un piquet, puis ils en remplissent les pirogues. Le sel récupéré est ensuite séché au soleil, sur les bords du lac.


    C’est en été que le lac rose est le plus impressionnant : le vent sec avive les pigments contenus dans l’eau, dont le rouge éclatant contraste joyeusement avec le blanc lumineux des amas de sel.