Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Randonnée sur le chemin Martel aux Gorges du Verdon

Randonnée dans les gorges du Verdon, sur le chemin Martel, célèbre pour tunnel taillé dans la pierre.

Pas encore arrivé sur le lieu de départ, c’est déjà la surprise : des aigles (oui, j’ai bien dit : DES) tournoient dans les airs, ensemble, sans que j’arrive à comprendre pourquoi. Sur le bord de la route, les gens s’arrêtent pour contempler le spectacle, et je fais de même ! Puis ils approchent de la route… Et là forcément c’est l’émerveillement. C’est à peine imaginable cette masse dans les airs qui se déplace agilement et sans mouvement inutile, en jouant avec le vent. On sent l’air de déplacer autour de soi mais… non, ce n’est pas le vent qui procure cette sensation !

verdon.JPG Je prépare mon appareil photo et… passé le temps de récupérer mon souffle, je fais quelques photos. Ils sont là, tout près ! Rien que pour ce spectacle, la journée est amplement bien remplie !

Retour à la réalité : la randonnée. Le départ se fera évidemment au niveau du refuge CAF / châlet Martel. La voiture est garée à La Palud sur Verdon, puis il faut faire du stop jusqu’au refuge CAF, situé à 7-8km plus loin.

Arrivé au refuge commence une longue descente vers le fond des gorges. En face, sur “l’autre rive” on devine l’autre route classique qui fait le tour des gorges du Verdon. On fini par arriver sur un sentier qui suit le cours d’eau sur sa rive droite. Il y a quelquefois des changements de niveaux, pas souvent importants, qu’il faut suivre.

Le paysage est évidemment le plus souvent étonnant, à se briser les cervicales par sa verticalité.

A environ mi-parcours, les choses changent un peu : il faut rejoindre un belvédère, qui se situe juste en face des Balcons de la Mescla, sur la route touristique. Il faut alors monter du fond des gorges jusqu’à un point plus haut, bien que pas au plus haut des gorges non plus. La redescente se fait au début par des escaliers comme je n’en avais jamais vu jusqu’alors… D’une incroyable raideur. Il a plu dans la nuit et les marches sont très glissantes. Ajoutez à cela l’inclinaison impressionnante, et vous comprendrez que la véritable grande difficulté de la journée aura été ce passage dans les escaliers, dans le sens de la descente. Epoustoufflant ! Les marches sont nombreuses et la descente est longue, très très inclinée…

De retour au niveau le plus bas atteignable, il y a une très longue transversale sur l’un des flancs des gorges. Il n’y a pratiquement pas de courbes, et le chemin est dans un bon état : on avance bien, on avance vite. Le temps passe plus longuement parce que le parcours est plus “monotone”. Le paysage, lui, l’est beaucoup moins.

Au bout de cette longue transversale on arrive au pied d’une belle falaise un peu ocre, que le soleil éclaire. Après quelques hésitations du chemin, et ce qu’on voit venir devant nous -un rétrécissement des gorges- on sent bien que le long tunnel n’est plus très loin.

On passe dans un premier tunnel, long d’une cinquantaine de mètres. Un vent glacial souffle entre ses deux extrémités et il y fait plusieurs degrés en moins. Juste un avant goût de ce qu’il reste à venir…

Les commentaires sont fermés.